Back to top
  /    /  septembre

Paris, Avril 2019. Vernissage de l’exposition MOROCCO de Julia Jaeckin, dont une série a été photographiée pour la Collection ‘Rhapsodie Impressionniste’ de Diana d’Orville dans le désert marocain.  Frissons et fierté pour ma très chère amie d’enfance. Inspirée par ses parents (la fibre artistique est un long fleuve tranquille familial !), Julia se lance également dans la photographie après être sortie diplômée de l’École des Gobelins et reprenant la gérance de la Galerie Just Jaeckin à Saint-Germain-des-Prés à Paris.  Julia présente sa première exposition MOROCCO, sa terre d’adoption, sous trois séries différentes, où le jeu des lumières est un élément primordial dans son travail.  « Ce que j’aime dans la photographie, c’est pouvoir capter l’espace d’un court instant un regard, une émotion. La femme est ma muse que ça soit dans le domaine du portrait ou de la mode. M’étant toujours inspirée du travail de mon père arrivant à capturer le sourire dans les yeux de ses modèles, je m’efforce à réussir cette quête du bonheur la mettant à l’honneur dans l’image. J’aime travailler à l’argentique, apportant un grain et un contraste spécial à mes photos » - Julia Jaeckin.  Dans la série ‘Fleur d’Oranger’, réalisée avec Miss Maroc 2015, Julia met à l’honneur la beauté de la femme en accord avec le stylisme qu’elle porte à travers les décors. Les couleurs vibrantes et chaudes du pays sont mises en lumière par les photographies en argentique.  La série ‘Ombres et Lumières’ met en perspective deux types de femmes du

fr_FRFrançais
en_GBEnglish (UK) fr_FRFrançais
X